IRVE : pas d’installation sans qualification
Depuis le 14 juillet 2017, réaliser des travaux pour l’installation d’une infrastructure de recharge de véhicule électrique (IRVE) exige d’être formé et qualifié par un organisme dûment accrédité. Un « permis d’installer » strictement encadré par un décret que Qualifelec a voulu accompagner au mieux.

Précisons…

Les électriciens qualifiés dans un des six domaines d’éligibilité mentionnés ci-dessus peuvent obtenir la mention IRVE de Qualifelec en « probatoire » pour 24 mois, le temps de réaliser des chantiers qui permettront d’avoir la mention définitive.

Le déploiement des IRVE est un marché d’avenir. Bientôt, le maillage des bornes sur la voie publique, le lieu de travail et à domicile permettra la recharge d’un véhicule électrique en toute simplicité. C’est un chantier immense, qui va s’étaler sur des années, porté par des usagers qui s’intéressent de plus en plus aux solutions d’écomobilité. Le déploiement des IRVE est aussi une opportunité de marché à saisir pour les électriciens qualifiés dans ce domaine.

En effet, hormis les points de charge d’une puissance ≤ 3,7 kW, les IRVE ne peuvent être installées que par un électricien habilité – conformément à l’article R. 4544-9 du Code du travail. Il doit être titulaire d’une qualification IRVE qui doit s’appuyer sur une formation agréée par un organisme de qualification, lui-même accrédité. Ainsi l’exige le décret n° 2017-26, paru au Journal officiel du 13 janvier 2017.

Associer IRVE et solaire photovoltaïque

Classé « Mention IRVE » dans la nomenclature de Qualifelec, ce « permis d’installer » s’obtient obligatoirement en association à une des qualifications suivantes :

• Installations électriques / indice Logement, Commerce, Petit Tertiaire ;

• Installations électriques / indice Moyen, Gros Tertiaire, Industrie ;

• Éclairage public ;

• Branchements et réseaux ;

• Solaire photovoltaïque / indice ≤ 36 kWc ;

• Solaire photovoltaïque / indice > 36 kWc.

Pour anticiper les évolutions de marché, Qualifelec a récemment élargi ces domaines d’éligibilité à la mention IRVE au champ du solaire photovoltaïque. L’évolution technologique permet en effet d’associer une borne de recharge pour véhicule électrique à une installation de production d’énergie solaire photovoltaïque.

 

De la mention IRVE à la qualification

Et parce que le temps de recharge est un enjeu crucial pour le développement de l’électromobilité, le déploiement de bornes de charge rapide, plus puissantes, va nécessairement s’intensifier et faire appel à d’autres compétences. Des réflexions sont en cours avec les partenaires de Qualifelec et, lorsque le marché sera à maturité, cette mention IRVE pourrait évoluer vers une qualification qui serait déclinée suivant trois niveaux d’expertise : Base, Expert et Charge rapide.

Des centres de formation IRVE agréés par Qualifelec

Enfin, pour promouvoir une qualification irréprochable, adossée à de solides références de chantiers, et être en phase avec le décret, Qualifelec s’est positionné pour agréer les organismes de formation IRVE comme l’explique Alexandra Del Medico : « Il nous semblait important de flécher le parcours de formation des professionnels, tout en garantissant l’indépendance des organismes de formation vis-à-vis de l’Association et le traitement impartial des dossiers. La liste de ces organismes sera publiée sur le site Internet www.qualifelec.fr. »

 

> Consultez l’article publié dans la newsletter n° 5 de Qualifelec