Chacun sait aujourd’hui que la qualité de la maintenance est essentielle pour garantir les performances et la pérennité d’un système. (…) Installer et maintenir sont deux spécificités métiers complémentaires mais distinctes. (…) Il est important, pour l’Afpac, de distinguer ces deux métiers et les niveaux de compétence qui s’y rattachent.

Gérard Charney, Secrétaire de l’Association française pour la pompe à chaleur (Afpac)

Trop souvent négligée alors qu’elle est essentielle, la maintenance prend une nouvelle place dans la qualification. Qualifelec vient d’enrichir sa nomenclature de trois indices pour valoriser les professionnels qui interviennent dans ce domaine.

On ne le dit pas assez, mais assurer la maintenance d’une installation est une démarche qualité. La maintenance intègre par nature la notion d’amélioration continue, de pérennité des installations, de rendement optimal pouvant se concrétiser sous la forme d’indicateurs de performance.

Maintenir correctement un système évite les dérives de consommation, une détérioration qui se traduira par un dysfonctionnement et, à terme, rendra l’installation impropre à sa fonction… Si tout cela tient du bon sens, l’association française pour la pompe à chaleur constate pourtant que seulement une PAC sur trois vendues en France est couverte par un contrat de maintenance. Un paradoxe qui a amené l’Afpac et Qualifelec à réagir.

 

Valoriser la compétence en maintenance

Fruits d’un travail de concertation, trois nouveaux indices Maintenance (MA) viennent compléter l’offre de qualification Qualifelec :

• PAC.MA pour les pompes à chaleur ;
• VEN.MA pour la ventilation ;
• SPV.MA pour le solaire photovoltaïque.

Les maîtres d’ouvrage ne réalisent pas toujours que les pompes à chaleur, les installations solaires photovoltaïques ou les systèmes de ventilation sont des équipements actifs. Comme toutes les installations électriques au sens large, ces systèmes évoluent dans le temps et nécessitent un contrat de maintenance afin de garantir leur fonctionnement optimal. Ces nouvelles qualifications Qualifelec vont permettre de donner de la visibilité à la maintenance et mettre son intérêt en évidence ; une démarche nécessaire pour encourager les maîtres d’ouvrage à souscrire un contrat de maintenance plutôt que de s’exposer au risque d’une panne. Les électriciens qui interviennent en maintenance, entretien et dépannage vont pouvoir mieux valoriser cette compétence auprès de leurs clients.

Cumuler les qualifications pour élargir son domaine d’intervention

Comme pour les autres qualifications Qualifelec, chacun de ces trois indices Maintenance peut s’obtenir indépendamment ou simultanément aux autres indices du même domaine d’intervention. Par exemple, pour la ventilation, on peut cumuler les 3 indices VEN1, VEN2 et VEN.MA. L’électricien triplement qualifié se donne ainsi une plus grande capacité d’intervention et, logiquement, davantage d’opportunités d’affaires. En effet, un client confiera plus volontiers le suivi de son installation au professionnel qui a réalisé les travaux d’installation. Pour l’électricien, proposer de suivre le système qu’il a préconisé et mis en œuvre est une bonne façon de fidéliser sa clientèle.

Ces trois nouvelles qualifications Qualifelec vont permettre de donner de la visibilité à la maintenance et mettre son intérêt en évidence.

 

> Consultez l’entretien de Gérard Charney, Secrétaire de l’Association française pour la pompe à chaleur (Afpac) dans la newsletter n° 5 de Qualifelec